En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Histoire de la création de la sophrologie caycédienne avec l'IDREC à Carcassonne

Qu'est-ce que la sophrologie caycédienne ?

La sophrologie a été créée en 1960 par le Pr Alfonso Caycedo neuropsychiatre.
  • En 1960, dans un désir de mieux connaître et d’aborder de façon nouvelle la conscience humaine, Caycedo décide de rompre définitivement avec l’hypnose (étant dans l’impossibilité d’en étudier les phénomènes de façon scientifique). Il crée une nouvelle école scientifique “la sophrologie” qu’il définit à l’époque ainsi : “ École scientifique qui étudie la conscience en partant de nouvelles conceptions et qui recherche ses structures et possibilités, ainsi que ses modifications produites par des méthodes chimiques, physiques et psychiques, pour son emploi en médecine”.
Il oriente cette école scientifique de la conscience vers l’École Phénoménologique Existentielle. Pour mieux en appréhender les applications dans le champ de la psychiatrie, il part se former en Suisse (1963-64) et devient l’assistant du Dr Ludwig Binswanger, grand psychiatre et phénoménologue de renom (et ami personnel du Pr Lopez Ibor), qui l’initie à la psychiatrie phénoménologique existentielle dans sa clinique de Kreuzlingen.
C’est chez Binswanger qu’il décide de démocratiser la phénoménologie existentielle et de l’orienter vers la dimension positive de l’Être. Cette méthode éclairera toute la recherche du Pr Caycedo et orientera ses méthodes.
Il y conçoit également le projet de l’étendre au champ des sciences médicales mais aussi à celui des sciences humaines.
Encouragé par Binswanger dont il devait être le dernier disciple, il entreprend un voyage de deux ans en Orient.
  • De 1965 à 1968, il séjourne dans les trois hauts lieux de la tradition orientale : l’Inde, le Tibet et le Japon. Il y étudie les méthodes de modification de la conscience utilisées par les mystiques orientaux ainsi que les moyens d’entraîner cette même conscience. Il revient en Occident, avec l’ébauche des 3 premiers degrés de relaxation dynamique.
A son retour, il s’installe à Barcelone où il est nommé professeur agrégé de la Chaire de psychiatrie.
  • De 1968 à 1982, il réalise un énorme travail de recherche phénoménologique et existentielle et de vérification vivantielle. Il met au point les 3 degrés de relaxation dynamique et les techniques les plus importantes du cycle réductif et commence à les diffuser. Après une dizaine d’années de vérification rigoureuse de ces techniques, ce travail de recherche sur la conscience s’avère être un formidable outil de changement qui peut être proposé à de grands groupes. Cette période de recherche et de diffusion sera marquée par deux congrès mondiaux de sophrologie à Barcelone (1er Ccngrès mondial en 1970, 2e en 1975) et divers symposiums en Europe.
  • 1977 : “Déclaration des valeurs de l’homme” ou Déclaration de Récife dans laquelle le Pr Caycedo donne une première définition des valeurs fondamentales de l’homme (biologiques, existentielles, historiques). La sophrologie qui jusque là se définissait comme une école de recherche de la conscience va ajouter à sa recherche la conquête des valeurs de l’Homme, pour une conscience nouvelle, dans un monde ayant perdu toute valeur.
  • De 1982 à 1988 le Pr Caycedo séjourne dans son pays d’origine, la Colombie et crée à Bogota le 4e degré de relaxation dynamique inaugurant ainsi la phase de la sophrologie sociale, au service des pays du tiers-monde. Cette étape s’avéra par la suite essentielle puisqu’elle devait faire sortir la sophrologie du contexte médical et l’ouvrir au champ social.
  • 1988 est une année marquante dans l’histoire de la sophrologie, dans le sens où, à son retour de Colombie, le Pr Caycedo, trouvant la sophrologie dans un triste état, décide de la réorganiser et de l’orienter clairement vers la dimension phénoménologique et existentielle. Il s’installe en Andorre pour y poursuivre sa recherche dans la ligne de la phénoménologie existentielle.
  • En 1989, le terme « sophrologie » étant tombé dans le domaine public, le Pr Caycedo décide d’y accoler le qualificatif « caycédienne » et de protéger légalement le terme « sophrologie caycédienne » afin de préserver l’originalité de sa démarche et de son œuvre et d’en garantir l’orientation méthodologique et conceptuelle. Des écoles déléguées sont chargées d’assurer la formation de base en sophrologie caycédienne. Création des Masters ainsi que des 2 branches de la sophrologie : clinique et socio-prophylactique.
  • 1992 est marquée par l’inauguration de l’Université internationale de sophrologie caycédienne – Sophrocay (qui deviendra en 1994 l’Académie post-universitaire de sophrologie caycédienne – Sophrocay) et le 6e Congrès européen de psychiatrie à Barcelone où le Pr Caycedo présentera officiellement « la sophrologie caycédienne comme nouvelle professionnalité : clinique et socio-prophylactique », devant 2000 psychiatres. Parution du 1er numéro de Sophrologie Caycédienne en médecine et en sciences humaines.
  • 1993 à 1995 : mise en place du programme que devront suivre les académies et écoles caycédiennes (méthodologie, sémantique, épistémologie propres au courant caycédien).
  • De 1995 à 2002, l’on assiste à la structuration définitive de la Méthode Caycedo (RDC dans ses 12 degrés et sophro-analyse vivantielle de Caycedo ou SAVC).
  • 2001: Déclaration de Genève : 2e discours sur les valeurs de l’Homme. Dans sa Déclaration de Genève, le Pr Caycedo donne sa dernière définition des termes sophrologie et sophrologie caycédienne.
La poursuite de la recherche donne régulièrement lieu à des réactualisations de la méthode.